Cristina sors de ce corps…

Deux mois après la naissance de mon fils j’ai eu envie d’un peu de changement. Physique j’entends (parce que niveau changement j’ai été gâtée, un bébé ça change la vie !): comme un besoin de me rassurer sur ma féminité et mon pouvoir de séduction. Cette peur bizarre de ne plus être vue comme une jolie femme mais juste comme une maman. Quand on y pense les cheveux c’est le seul élément physique qui permette un changement rapide et visible. J’ai eu envie d’un beau blond suédois. Un blond très blond que j’avais porté il y a quelques années pendant mon Erasmus en Suède.

Encore faut-il que le coloriste parle le même langage. Car au lieu d’un blond scandinave je me suis retrouvée avec un blond platine douteux à la Miley Cyrus. Un dégradé de blanc/blond/jaune horrible. Pour la première fois depuis très longtemps (la dernière remontait à une coupe garçonne en 5°) j’ai eu envie de pleurer en me voyant dans le miroir. L’horreur. Surtout qu’une semaine avant la pédiatre nous avait expliqué qu’un petit bébé distinguait avant tous les contrastes, et que donc jusqu’à l’âge de 5 mois il fallait éviter tous les changements physiques dramatiques. Bref, la mère qui a tout faux. J’ai eu de la chance que mon fils me reconnaisse. Mon traumatisme capillaire associé à celui de mon fils désorienté et cela aurait été le pompon. Quant à mon mari, je pense que secrètement il rêve que j’ai un blog sur les chats ou les dauphins et que j’arrête les essais cosmétiques (j’ai oublié de vous raconter mon avant-dernier raté ; l’extension de cils).

Heureusement j’ai la chance de connaître Frédéric Mennetrier. Alias le roi de la couleur. Mes cheveux le vénèrent. Mon banquier beaucoup moins. Mais libre à chacun de choisir ses amis, non ? Le pauvre Frédéric à a failli pousser un cri d’horreur quand j’ai passé la porte de son salon. Pour vous dire la gravité de la situation il a cru que j’avais fait une décoloration maison avec une boîte achetée au supermarché. Autant vous dire que j’ai passé un petit bout de temps dans son fauteuil. Quatre mois après ma mésaventure j’en suis déjà à 2 rendez-vous et le prochain est prévu dans 1 mois. Ensuite je n’aurais plus qu’à laisser mes cheveux tranquilles. De toute façon maintenant je rêve d’un blond fonçé légèrement ensoleillé sur les pointes. Je vais donc laisser la nature reprendre le dessus.

La chose moins drôle c’est que maintenant que mes cheveux reprennent à peu près couleur humaine voilà qu’ils se font la malle. Pas 1 ou 2 mais un paquet entier à chaque shampooing, brossage. Un mois que ça dure et j’ai l’impression de devenir chauve. Pas de solution miracle, les hormones sont reines.

Non mais allô quoi, t’es blogueuse beauté et t’as plus de cheveux ?

* Si ça vous intéresse je peux vous parler de ma routine cheveux mais comme je n’ai pas non plus des cheveux au top je ne sais pas si ça vous intéresse… Faites-le moi savoir dans les commentaires !