Capture d’écran 2016-03-10 à 16.21.55

Objectif capillaire 2016 : back to the LOB.

Note à moi même : arrêter d’aller chez le coiffeur quand je suis enceinte. Je ne suis pas forcément au meilleur de moi-même et j’ai vite des impulsions beauté que j’ai du mal à réprimer. Donc j’ai commencé en novembre dernier avec l’envie d’une frange. Que j’ai regretté très exactement 13 jours plus tard. Je me suis dit qu’un peu de blondeur allait égayer cela. Mon coiffeur auquel je fais d’habitude confiance s’est malheureusement lâché sur la décoloration et mon blond a viré jaune poussin. Il y a 1 mois j’ai fini dépitée chez le coiffeur de ma mère et je suis ressortie… avec la coupe de ma mère, un carré un peu trop classique pour moi. Soit 3 passages chez le coiffeur en 3 mois. Bref, mes cheveux et moi c’est tout sauf une histoire d’amour en ce moment. Il faut reconnaître que je leur en fais un peu voir de toutes les couleurs. Si je pouvais je retournerais un an en arrière, quand j’avais atteint mon but capillaire : un carré long, dégradé juste comme il faut avec un tie-and dye très naturel. J’aurais du en rester là. Mais en y réfléchissant je réalise que je suis une éternelle insatisfaite capillaire. La preuve en images…

31740_10150196637110494_5925315_n

Moi-Natte

Blond suédois – 2010

IMG_4353bis-580x435

21-533x800

De la longueur pré-mariage – 2012

0585431ccdfa11e2837022000a1fa4bb_7-580x580

Drame de la décoloration – 2013

Mathilde-Lacombe-maman-poule-émoi-émoi-1

Blond très foncé post-catastrophe  – 2014

3d85fac9-4218-4b49-ae99-28da3a92e7e2

Retour au naturel – 2015

Capture d’écran 2016-03-10 à 16.10.37

Carré parfait mais bronde qui a vite viré au roux – Eté 2015

Capture d’écran 2016-03-10 à 15.54.23

Frange caprice de grossesse – 2016

Ma première expérience « couleur » remonte à l’année de ma 5°. Je trouvais mon blond cendré naturel un peu terne. Ma mère a cédé pour un spray à vaporiser Blond Vacances de Garnier. Discret. En seconde, deuxième expérience un peu plus poussée avec les Color Pulse L’Oréal, des mousses colorantes « éphémères ». C’est mes 16 ans j’ai envie de devenir châtain le temps d’une soirée. J’ai viré carotte et évité les photos toute la soirée. Et le « s’en va au bout de 5 shampooings » ne s’est pas avéré si vrai que ça. Puis pendant mes années lycées je suis devenue une cliente du balayage californien Dessange. Classique. A 20 ans je suis partie en Suède et au lieu de craquer pour un blond suédois j’ai opté pour une coloration en boîte brune de chez H&M. Que j’ai regretté très exactement 6 jours après au fur et à mesure que la couleur se délavait, laissant place à un brond fade. J’ai donc atterri chez le coiffeur pour un fameux blond suédois ultra décoloré (j’avais apporté une photo de Kate Bosworth comme inspiration) qui s’est avéré impossible à entretenir une fois en France (aucun coiffeur n’avait les bons produits ni la bonne technique). Je me suis donc contentée de balayages  » à la française ».

Puis en prévision de mon mariage, je suis revenue à un blond plus naturel (merci Frédéric Mennetrier). Quand je suis tombée enceinte de mon fils, j’ai tout coupé et après mon accouchement j’ai connu un des pires drames capillaires de ma vie : une coloriste de chez Didact Hair a complètement décoloré mes cheveux. Après une semaine cachée sous un chapeau, c’est une fois encore les garçons de l’Atelier Blanc qui ont réussi à redonner une couleur humaine à mes cheveux. Finalement c’est pendant la grossesse de ma fille que j’ai préféré mes cheveux, la bonne longueur, la bonne couleur. Mais à l’approche de l’été j’ai eu envie de changement, et pas rancunière je suis retournée chez Didact pour leur fameux « bronde ». Malgré mon insistance sur le fait que je ne voulais pas de reflet cuivré, mon bronde s’est très vite révélé trop roux et pas des plus flatteurs pour mon teint à rougeurs. Il a fallu attendre quelques mois pour que ça s’atténue. J’ai commencé à me calmer sur les expériences même si je dois reconnaître qu’avec mon blog il est parfois difficile de dire non aux propositions de « tests » de prestations coiffure.

Pourtant en « vieillissant » j’ai le sentiment de me connaître de mieux en mieux et de savoir ce qui me va (et surtout ce que je n’aime pas). Je ne peux donc mettre mes récents ratés capillaires que sur le compte des hormones et de la grossesse, non?! Objectif pour 2016 : récupérer ma longueur pour avoir un joli LOB (long bob = un carré long) et surtout une couleur digne de ce nom. Le problème c’est qu’en ce moment la priorité budgétaire est plutôt donnée à la couleur des murs de notre future maison que ma prochaine couleur de cheveux donc je vais devoir prendre mon mal en patience et assumer mes mauvais choix…!