Autant je suis toujours partante pour tester de nouveaux produits mais pour mes enfants il en est tout autrement. Un gel douche, un liniment, une crème et leur eau de toilette sans alcool et voilà. Mais quand Agnès m’a fait découvrir sa jolie marque de savons bio, Enfance Paris, j’ai immédiatement craqué. Packaging bien pensés (les savons ont une jolie bride qui permet de ne pas les perdre au fond de la baignoire), parfums naturels et compo ultra safe pour la peau de nos petits amours, les savons d’Agnès ont immédiatement rejoint la routine beauté de mes enfants. Et c’est un très joli cadeau de naissance à faire, surtout pour les familles qui ont plusieurs enfants car les savons sont déclinés par tranche d’âge (0-3, 3-8 et 8-12 ans) ce qui fait que les aînés ne sont pas oubliés. En plus de partager une même passion pour les cosmétiques bien faits, nous avons le même modèle de réussite au féminin en la personne de Mathilde Thomas, fondatrice de Caudalie et je suis donc ravie de laisser aujourd’hui la parole à Agnès !

Agnes_enfance_LVEB

Bonjour Agnès, peux-tu te présenter en quelques mots ? J’ai 40 ans et je suis née en Anjou, J’ai deux enfants Lucien 5 ans et Violette 3 ans, nous habitons à Paris dans le Xème.

Quand as-tu lancé ta boîte ? En janvier 2015, j’ai officiellement lancé Enfance Paris lors du salon Maison et Objet. C’est une ligne de soin biologique haut de gamme, efficace qui évolue avec la peau des enfants, 100% naturel, 100% made in France.

As-tu longtemps hésité avant de te lancer ? Quel a été le déclic ? Je suis née avec une peau très sensible, eczémateuse, j’ai toujours été très attentive aux produits et toujours à la recherche de nouveaux produits susceptibles de m’apporter du réconfort. Quand ma fille est née j’ai toute suite vu qu’elle avait ma peau, j’ai alors cherché les produits qui pourraient lui convenir. Je désespérais de trouver en magasin des soins sans produits chimiques compliqués, adaptés à la peau des enfants.  J’ai au même moment rencontré un chercheur qui a commencé à me fabriquer des recettes sur mesure, au vu des résultats j’ai naturellement eu envie de me lancer et partager avec d’autres mamans nos résultats.

Que faisais-tu avant de te lancer dans l’aventure entrepreneuriale ? Je travaillais dans la décoration, en indépendante. Cela m’a permis de dédier tous mes temps hors production au développement d’Enfance Paris.

Quels sont les obstacles auxquels tu as du faire face ? Je ne viens pas du tout de l’univers de la cosmétique mais quand j’ai eu l’idée de cette gamme de produits je n’ai pas hésité une seule minute. Ce qui a été le plus compliqué c’est de me familiariser avec les différents jargons professionnels : des fournisseurs aux organismes certificateurs, comprendre et appliquer toutes les réglementations. Au quotidien l’obstacle c’est de travailler seule pour le moment, je suis bien entourée, mais je suis au final la seule responsable et c’est un peu effrayant au début d’avoir tant de décisions à prendre. J’en ai depuis pris mon parti, je fais beaucoup confiance à mon instinct et si je fais des erreurs je considère que c’est aussi une des façons d’apprendre et d’avancer.

Comment fais-tu pour trouver l’équilibre entre ta vie de famille et ton travail ? Cette aventure est la mienne mais c’est aussi celle de ma famille. Je n’hésite pas à demander leur aide, je fais participer mon mari et les enfants au projet, ils choisissent les couleurs des packs, les senteurs, les noms des produits. Mes parents corrigent les textes, mon frère m’aide avec les chiffres, sans parler de tous les apéros « emballage savons» avec les amis.

Une bonne astuce pour bien couper entre le travail et la vie de famille, c’est une fois les enfants rentrés de l’école de ne plus vérifier les emails. Avec du recul on réalise souvent que les urgences ne sont jamais urgentes ! Et si je reçois un coup de fil, les cris des enfants en fond sonore font s’excuser mon interlocuteur de lui même.

enfance_LVEB

 

A quoi ressemble une de tes journées ? Comme je travaille à la maison, mes journées de travail sont calées sur les horaires de la maternelle et du centre de loisirs. Je passe beaucoup de temps sur mon ordinateur et au téléphone, il m’arrive qu’à 17h30 au moment d’aller chercher les enfants, je sois toujours en pyjama ! Ce n’est pas très sexy mais avec des journées un peu courtes chaque minute est comptée…

On sait toutes qu’il est difficile de tout concilier et surtout de tout réussir. Quelles sont les 3 choses sur lesquelles tu as accepté de faire des concessions? C’est vraiment la tenue de la maison, repassage, ménage qui pâtissent de mon activité, en même temps entre développer ma marque et passer l’aspirateur mon cœur a vite fait son choix. J’ai toujours été plutôt à cheval sur la tenue de maison et la déco, mais depuis le lancement mon coin bureau a peu à peu envahi le salon, mon bureau dégouline de paperasse et des colonnes de cartons de savons décorent désormais le salon. Je considère ce joyeux bazar comme une motivation pour gagner assez d’argent pour pouvoir louer un local, un bureau.

As-tu l’impression de faire partie d’une nouvelle génération de femmes qui souhaitent à la fois avoir des enfants mais aussi réaliser leurs rêves professionnels en lançant leur propre boîte ? J’ai occupé plusieurs postes dans plein de secteur différent, et je me suis lancée dans cette aventure de façon tellement naturelle que cela m’a donné confiance et surtout j’ai enfin la sensation de me réaliser professionnellement. Je ne sais pas si c’est une nouvelle génération de femme mais je suis convaincue que si une maman est heureuse et épanouie ses enfants le sont aussi. J’ai rencontré quelques « mompreneurs » lors de mon premier Salon, j’ai été impressionnée par la gentillesse de leur accueil et le partage d’information et de conseils. C’était également rassurant de rencontrer ces femmes qui comme moi suite à leur maternité ont trouvé leur voie professionnelle.

Quel rôle a joué la communauté des réseaux sociaux dans le lancement de ta boîte ? J’ai crée les comptes Twiter, Instagram et Facebook d’Enfance Paris en même temps que le lancement. J’ai tout suite adoré voir des gens qui n’étaient ni ma famille ni mes amis parler, prendre des photos des savons, les défendre et complimenter la marque. Je suis devenue complétement accro à Instagram. Je suis actuellement en désintox et je me force à ne plus vérifier le compte que deux fois par jour ! Mais c’est réellement un outil de travail incroyable, plusieurs de mes points de vente en France et à l’étranger m’ont contacté via Instagram.

Aujourd’hui, de quoi es-tu la plus fière ? D’avoir eu cette idée toute seule dans mon coin et maintenant de voir mes produits vivre leur vie dans des familles qui ont compris mon projet. C’est un réel bonheur.

enfance_LVEB

Quel est ton prochain challenge professionnel ? Installer la marque dans la durée, que les savons retrouvent leur place naturelle dans les salles de bains. Le lancement de nouveaux produits, en commençant par une huile nourrissante composée de 6 ingrédients bios et rien d’autre, pour hydrater en profondeur des peaux sèches sans l’effet picotement des crèmes à base d’eau.

Un conseil que tu souhaiterais donner à une future « mompreneur » ? Si un projet ne met pas en péril la sécurité financière du foyer, je ne sais pas si c’est un bon conseil mais action, action, action ! Si on a l’envie il faut foncer, les business plan, les études de marché, personnellement j’ai fait sans, je me suis dit que si l‘idée était mauvaise, je perdais ma mise mais au moins nous aurions de quoi nous laver pendant un bon bout de temps.

As-tu un modèle de réussite féminine qui t’inspire particulièrement ? En tant que fille de viticulteur, j’ai toujours fantasmé sur l’histoire des cosmétiques Caudalie. La réussite de Mathilde Thomas, la créatrice qui a eu cette super idée de commercialiser des soins issus de la vigne, est un exemple pour moi.

Merci Agnès pour cet échange !  Exceptionnellement pour les lectrices de La Vie en Blonde, pour 3 savons achetés sur le shop d’Enfance, Agnès vous offre un savon 8-12 ans menthe poivrée/citron. Il vous suffit de mentionner le code LVB à la suite de votre nom de famille dans le formulaire d’achat.